Robert Mapplethorpe

mon avis: 
3
Robert Mapplethorpe

Robert Mapplethorpe

Le Grand Palais propose une rétrospective du photographe et icône des années 70, mort du sida en 1989.
L'artiste s'inspire de Michel Ange et des grands peintres de la Renaissance pour ses photos de corps nus. Il aime la provocation et éprouve une fascination érotique pour les corps d'hommes, le plus souvent noirs. La salle noire, interdite aux moins de 18 ans, évoque la sexualité brutale d'une back room et rassemble des photos d'hommes en cuir et latex souvent en érection.
Plus grand public, sont accrochées des photos de célébrités comme celles d'Amanda Lear, Arnold Schwarzenegger, Andy Warhol, Truman Capote, Grace Jones..
Seuls travaux en couleurs, ses fleurs sont d'une beauté saisissante.
En 1967, Il rencontre Patti Smith qui deviendra sa muse androgyne. Il emménage avec elle au Chelsea Hotel à New York, très fréquenté par les peintres et artistes rock. La chanteuse a inauguré la rétrospective avec une chanson spécialement composée pour l'occasion.
En jouant au provocateur, Mapplethorpe a réussi à affronter la question du corps et de la sexualité dans l'art. 

A voir, âmes sensibles s'abstenir..

au Grand Palais
jusqu'au 13 juillet 2014
ouvert tous les jours sauf le mardi
de 10 heures à 22 heures (20 heures les lundis et dimanche)
Tarifs : 9-12 euros
www.grandpalais.fr

Le Musée Rodin accueille aussi une exposition qui confronte l'oeuvre de Mapplethorpe et celle du sculpteur à travers des thèmes comme "le goût du détail" et le "drapé".

A lire également le formidable livre Just Kids de Patti Smith.

 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Inscrivez vous à ma Newsletter